Bonjour, je m’appelle Thomas Georget et depuis 2012 ma vie a complètement changé.

J’ai suivi le chemin que je pensais tracé pour m’apercevoir que finalement… Tout m’avait mené à cette nouvelle vie.

Je suis née dans une famille de commerçants. Mes arrière-grands-parents se sont installés en 1928 à Louviers, en Normandie, pour ouvrir un magasin de vélos après avoir tenu un magasin à Rouen auparavant. Mon père reprend la boutique par la suite et décide de l’agrandir pour en faire l’un des plus beaux magasins de vélo de France, avec plus de 1300 m2 de surface totale.

J’ai donc grandi au milieu des pneus, des chambres à air, des cyclomoteurs et des vélos en réparation depuis ma plus tendre enfance. Ce sont de magnifiques souvenirs, d’autant que cela m’a donné ce goût particulier pour le vélo que je me suis mis à pratiquer en club.

Ma vie était simple : entre étude et vélo, je suis parvenue à concilier les deux en me tournant vers des études de gestion de PME avec l’idée de reprendre le flambeau après mon père. J’intègre donc l’entreprise de ma famille après mon service militaire jusqu’en 2012.

2012, cette fameuse année qui marque la fin du calendrier maya.

2012, cette fameuse année qui devait marquer la fin d’une ère.

Si beaucoup pensaient qu’il s’agissait de la fin du monde, cela représentait en réalité pour les Mayas la fin d’un cycle, et donc le début d’un nouveau. C’était donc le début d’un changement de mentalité de l’humanité, la fin de la peur et surtout le début d’une certaine ouverture d’esprit des hommes au reste de la galaxie.

Nous sommes loin des discours alarmistes de l’époque. Mais plutôt sur quelque chose de positif, semblable à une renaissance.

Et c’est finalement ce que j’ai vécu.

Cette année 2012 marque la fin des travaux et l’ouverture de la nouvelle boutique de mon père. Il pense que je vais reprendre sa suite. Pourtant, les choses vont être bien différentes.

Ma vie personnelle n’est pas ce que j’avais imaginé. Ma vie tourne autour de mon travail, des travaux et du temps que je tente de trouver pour être avec ma femme et mes trois enfants.

Avec ces journées intenses, j’ai dû arrêter la compétition ce qui m’a fait prendre 20 kilos. J’ai beau avoir des connaissances dans la nutrition et manger sainement, rien n’y fait. Mon corps me fait passer un message, et c’est signe que quelque chose ne va pas.

Jusqu’à ce que… à une semaine de l’ouverture du magasin, un ami me parle d’une gamme de produits nutritionnels pour me faire retrouver la forme. Et c’est là que tout bascule.

Je pensais avoir tout essayé. J’en avais d’ailleurs assez des « régimes » infâmes testés par le passé. J’en étais arrivé à me dire que perdre du poids était synonyme de restriction et à une baisse de forme.

Mais finalement, c’est la surprise ! Je perds 5 kilos en quelques jours. Au cours de cette même année, j’en suis même à 15 kilos de moins sur la balance et je suis prêt à attaquer une nouvelle étape de ma vie.

Je décide donc de devenir distributeur de cette gamme qui m’a tant aidé au niveau santé.

Mais ce n’était qu’une première étape de toutes les surprises que j’allais découvrir ensuite.

Je rentre donc en 2012 dans le monde de la vente directe, sans trop savoir comment. J’écoute et j’observe tout en étant guidé par Franky et Virginie, mes mentorsdans cette nouvelle activité que je découvre. Je me prends à rêver, je sens que quelque chose de nouveau se profile sans savoir ce que c’est. Pourtant, je suis impatient de le découvrir !

Je me retrouve à participer à des formations où l’on parle de nutrition, de liberté, d’épanouissement personnel et où l’on nous invite à réfléchir. Je découvre un univers bienveillant, professionnel et avec une ouverture d’esprit exceptionnelle. On est bien loin de l’image que je me faisais de la vente directe, avec ce côté un peu sectaire et pyramidal.

Finalement, je m’aperçois que le destin m’a mené jusque-là puisque j’y retrouve des connaissances de longue date. Des personnes issues du milieu du vélo que j’ai rencontrés dans le magasin de vélo de mon père à l’époque.

Mais surtout, j’assiste à mon premier congrès. L’événement est organisé tous les ans par notre partenaire et il groupe des invités de marque : des médecins, des économistes, des conférenciers… Tous ces témoignages puissants me provoquent un électrochoc. Le potentiel est énorme ! Pourquoi, je ne suis qu’un commerçant timide, mal dans sa peau et je me retrouve face à des personnes qui font passer des messages, sont écoutées et applaudis.

Et mon rêve commence à ce moment précis, en me disant que — peut-être un jour — cela pourrait être moi.

Alors bien sûr, un rêve ne se construit pas tout seul et c’est d’ailleurs l’une des valeurs fortes de cette entreprise partenaire : avoir nos propres rêves, mais ne pas être seul pour les réaliser. Alors, si toi aussi tu rêves de faire quelque chose qui te passionne et qui te fait te sentir humain, il est possible que cela t’intéresse

ENTREPRENDRE AUTREMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *